Médine : rappeur du Havre, membre du label Din Records.
C'est donc en 2008 que je découvre pour la première fois le monsieur à travers l'album Arabian Panther, titre également devenu son surnom. Sans connaître sa discographie, il prend d'office une place de choix dans mon classement des meilleurs rappeurs de la scène francophone, pour ne pas dire la première place.
Capable d'aborder tous les sujets, de fournir des textes bien écrits, de créer des fictions à la narration parfaitement maîtrisée, il m'impressionnait sur le champ. Assumant pleinement son statut de musulman, très marqué par les tristes évènements du 11 Septembre dont il regrette les conséquences, il porte avec fierté et provocation une barbe à laquelle il dédie même, avec humour, un morceau, Code Barbe. Cultivé, ses modèles se trouvent en Martin Luther King, Malcolm X ou tout simplement ces tirailleurs africains ayant combattu pour la France. Dans une société où le mal du XXème siècle se trouve uniquement dans le génocide juif, Médine vient rappeler que seul la transmission d'une Histoire complète permettra à ces grands hommes de ne pas sombrer dans l'oubli.
Très critique aussi envers l'industrie musicale, c'est sans hésiter qu'il continue sa route avec son label dénonçant la manipulation des majors. Son label d'ailleurs, parlons-en : De ses propres mots, Médine serait principalement Din Records. On ne peut se contenter de l'écouter sans prêter également attention aux autres membres que sont également Tiers-Monde, Brav et Koto. Aujourd'hui, en 2011, trois ans après, j'admets ne connaître réellement que Médine. Alors que son album Protest Song se fait désirer, la sortie lundi de Table d'Ecoute 2 permettait de changer quelque peu la donne. Sorti sous le pseudo de Médine, il est à considérer comme un travail commun au label où chacun y à poser ses sons afin d'illustrer un thème commun.
Ajouter à ce point l'organisation d'un showcase hier à la Fnac des Halles et tout était réuni pour se ruer sur l'album, ce que j'ai bien évidemment fait.


Reconstitution :
2008, je découvre donc Médine à travers l'album Arabian Panther. Depuis, j'ai également écouté son album 11 septembre. Loin d'être du niveau du dernier opus de la panthère, l'album reste très sympa et permet aussi de découvrir l'auteur à ses débuts, notamment via les premiers morceaux de la saga Enfant du Destin et de 11 septembre. Son évolution entre les 2 albums ne peut que faire plaisir dans tous les cas, menant à espérer qu'il progresse toujours.
Lundi dernier, sortie de l'album Table d'Ecoute 2 après un teasing de fou furieux, entre révélation de playlist annonçant un featuring mortel de 11 minutes 09 et premiers clips qui font monter l'attente à un niveau inégalable. Comme pour me titiller encore plus, les sons révélés sont ceux signés Médine, laissant place à des sentiments contradictoires : ses potes du label pourraient-ils me plaire autant que le boss? Si, pour moi, l'album n'est pas aussi énorme que je l'aurais voulu, il est quand même excellent. Tiers-Monde, Brav et Koto ont de la ressource et du talent à revendre. Abordant les sujets à leur propre façon, ils font comprendre que ce sont des rappeurs à part entière, qu'ils ne sont pas là pour suivre Médine mais que Médine est l'un d'eux et qu'en effet, Médine, c'est surtout Din Records. Koto semble quand même le plus enfermé du groupe, dans un concept qui lui est propre. Il signe seulement 2 titres dans l'opus et on regrette qu'il n'y en ait pas plus quitte à rallonger l'album de 10 minutes. L'album est finalement marqué par les prestations de Tiers-Monde, seul ou accompagné de Brav, le monsieur aborde les problèmes raciales en montrant les aspects les plus banales de notre quotidien.
Mercredi, le grand jour. Vingt euros gardés spécialement pour l'occasion, le collector d'Arabian Panther dans le sac, je me prépare à rencontrer un des artistes pour lequel j'ai le plus grand respect. Alors que Brav et ses potes se posent devant l'auditorium, je patiente tranquillement n'osant pas, contrairement à d'autres, l'approcher dans le but de me prendre en photo avec lui. On entre finalement, seul, je me demande ce qui nous attend et comprend immédiatement en voyant la table de mixage sur la très petite scène. Puis, l'instru d'Arabospiritual, outro d'Arabian Panther, démarre et Médine entre enfin en scène, avec sa barbe et son physique de boxeur. Le suivent Tiers-Monde, Koto et enfin Brav, tous chantant un couplet du morceau faisant comprendre une énième fois que cette bande de rappeurs est unie.
Le morceau se termine et Médine évoque très brièvement la superficie de l'Elysée Montmartre où il ne pourra pas faire son concert (cf. ceci) et la compare à celle de notre petit auditorium promettant de faire un bon, mais court, show tout de même. Avec humour, il lance plus tard au public :
'Vous avez écouté le CD?'
'Ouééééééééééé!'
'Vous avez téléchargé l'album?'
'Naaaaaaaan'
'Mais fallait!!!!'
Après 30 minutes chaudes qu'on aurait espéré plus longues, le showcase se termine. Maintenant il est l'heure des dédicaces.
Mon tour arrive, intimidé, je m'approche de Médine, lui sert la main, échange quelques mots avec lui, très sympa, il accepte de se prendre en photo avec moi puis de me faire les 2 dédicaces désirées. Avant d'enfin partir, je lui pose une question simple et que tout le monde a sûrement du lui poser :
'A quand Protest Song?!'
'En novembre j'espère...'
J'espère aussi.