21 ans passés sur cette terre
Mélomane, terre à terre
Du vrai peura au rock des 70's
Tout un tas de sons font remuer ma tête sans distinction
Seulement, le peura reste le berceau de ma passion
Loin de moi l'idée de toucher des royalties
J'sors ma plume, décidé à écrire en tout humilité
J'gratte ce texte, conscient de balancer un 1er essai sûrement raté
Rien à foutre, fallait que j'vous fasse partager ça
Qu'avec moi, vous entriez dans la bulle d'un mec paumé
Déchiré? Ptete. Ou plutôt déprimé
Au fond j'en sais rien, c'qui est sûr c'que derrière mes apparences joyeuses, tout n'va pas bien, loin d'là

Qu'importe, J'suis en tout cas pas ici pour m'donner un titre
J'veux juste dégainer le sabre et j'verrai bien c'que j'mérite
J'verrai bien quel titre on pourra m'donner, ou quel titre j'me donnerai moi-même
Pour l'heure, j'vais juste laisser ma plume me guider
Vous laisser juger par vous-même si mon propos en vaut la peine
Si ma plume aurait mieux fait d'rester ranger
Si elle est authentique, si elle vous fait perdre la tête
Perso, j'ai perdu la mienne en écoutant mes idoles
Ces mecs et meufs là, c'est sûr, font pas du rap de mongole
A tout jamais ils resteront mes maîtres.
Oui à tout jamais, mais aujourd'hui c'est à mon tour
A mon tour de rapper, à mon tour de dénoncer, à mon tour de pas m'laisser marcher sur les pieds
Non j'ai pas connu les ghettos mais n'allez pas penser que mon vécu fait rêver
N'allez pas croire que je vois la vie en rose
Mon quotidien est plutôt morose
Il est empli d'interrogations
OK j'fais des études mais à quoi bon si c'est pour que mon nom pose problème à l'embauche?
Qu'on m'fasse pas croire que dans c'bled y'a pas d'problème d'intégration
Et qu'on s'étonne pas ensuite que mes frères penchent à gauche
Face à la droite de Sarkozy corrompue et hypocrite
Qui cherche des responsables pour justifier l'échec de leur politique
Qui passe son temps à faire des amalgames
Qui associe violence et Islam
Alors que c'est l'état le premier responsable de ces phénomènes de ghettoïsation
Mais que la gauche ne se pense pas innocente
Je ne lui laisserai pas cette chance
Car elle est tout autant responsable de cette situation
T'inquiète Mitterrand, j'ai retenu la leçon
Je sais que vous avez instrumentalisé nos banlieues
Peu de gens le savent ou s'en rappellent et c'est ptete mieux
Mais à droite comme à gauche, vous nous avez abandonnés
Peu soucieux d'notre sort
Beaucoup plus soucieux d'votre image
Vous pensiez nous laisser ivres morts
Sauf qu'on en a décidé autrement, qu'on est habité par la rage
Qu'importent les conditions, qu'importe que vous mêliez économie et éducation
Au bout du compte, vous paierez l'addition
On lâchera pas l'affaire, on s'battra
Face à un texte plus brutal que celui-là, la Justice nous condamnera
Mais croyez-moi on baissera pas les bras
J'oublierai pas l'Histoire, mon Histoire et le monde ne m'oubliera pas
Quoi qu'il arrive j'serai toujours là
J'croierai en moi, en mes soeurs, en mon frère, en ma mère et même en mon père
Qui pourtant n'a jamais vraiment été là
Mais qui en tout cas l'a toujours été plus que cette nation, mon autre mère
Cette bâtarde de Marianne qui en réalité s'occupe que des fils à papa
Ces types qui réussiront dans leur vie sans bouger le p'tit doigt
Quand certains s'lèvent chaque matin, triment en cours et ont tout un tas d'responsabilités
Sont tellement submergés par leurs devoirs familiaux qu'on s'demande où ils trouvent encore l'énergie d'travailler
Mais c'pas grave, ils peuvent être fiers ces gars là, ils reviennent de loin
Ces gens courageux, ils vous regarderont dans les yeux un jour, ils pourront prétendre à votre place
Ils vendront du rêve au p'tit fils d'immigré assis au fond d'la classe
Surtout, j'espère, ils feront les choses mieux que vous
Ils auront les moyens d'vous mettre à genoux
Parce-qu'au fond, moi et mes rimes, mes idoles et leurs rimes, c'est jamais que des mots, c'est rien d'concret
Et si des textes pouvaient changer le monde, j'crois que ça se saurait
Ce peura c'est jamais qu'une passion
Si ça peut tirer certains vers le haut, tant mieux
Mais je me fais sincèrement pas d'illusion
Nos mots sont assimilés comme menaces de morts par des vicieux
Alors face à nos propos engagés, on s'retrouve surtout à dégager en touche
Sur le banc des accusés où on te demande de la fermer
Alors qu'on nous manque tout simplement de respect, nous fait passer pour des illettrés
Au fond, c'est évident, nos paroles font mouche
Elles gênent et pour mieux nous éliminer, on cherche à nous stigmatiser, caricaturer
A nous faire passer pour des gens incapables de travailler
Incapable d'apprendre et d'étudier
Bien essayé
Seulement, ça se passera pas ainsi
J'admets que dans nos banlieues, tout n'fait pas envie
Mais comme tout l'monde, on veut s'en sortir
Et contrairement à tout l'monde, on a rien à perdre
On s'donnera les moyens d'réussir
Pour se dire à la fin banlieusard et fier de l'être

1er essai, j'me suis pas donné le temps, j'ai écrit en ne lâchant la plume sous aucun prétexte
J'ai pas vraiment cherché à placer des punchlines, juste à voir si j'arrivais à finir un texte
Entre dénonciation et dédicace à mes idoles, voici mon rap à moi
Enfoui en mon coeur, il demandait à s'exprimer depuis des mois
J'me décide enfin à lui laisser cette opportunité
La seule chose certaine, c'est que je ne vais pas l'regretter
Mon seul souhait désormais, c'est d'parvenir à progresser
Tout en sachant très bien que le peura ne saura pas me rassasier
Que de la langue de Molière, je passerai à celle de Shakespeare
Pour parler de choses différentes quoi que tout aussi tristes car j'reste un déprimé
Pas grave, avec le changement, quand même, on respire
Et du changement, d'ailleurs, dans c'pays, ça serait le pied.