Vous le devinez directement à son titre, on a affaire ici à un hommage à la défunte Aaliyah, chanteuse R&B morte dans un tragique accident d'avion. Très brièvement pour ceux qui ne le savent pas, beaucoup pensent que la demoiselle aurait atteint le statut de légende vivante si elle était encore parmi nous et qu'une popstar comme Beyoncé n'aurait probablement pas rencontré autant de succès face à une telle concurrence. Rien d'étonnant à ça, Aaliyah forçait le respect, elle représentait ce qui pouvait se faire de mieux dans le R&B moderne (j'insiste sur le moderne), elle était incroyablement belle et sensuelle sans jamais être vulgaire et était énormément appréciée par tous les artistes faisant partie de son milieu.
Katy B aurait pu alors choisir la facilité et chanter une ode à Aaliyah très consensuelle. Elle a préféré mener sa barque autrement. Dans son titre, la belle chanteuse se retrouve être loin des projecteurs du showbiz et n'existe qu'à travers ce qu'elle représente et ce qu'elle représente la laisse finalement bien proche des projecteurs. Katy B nous raconte ce qui pourrait être une scène classique en boite s'il n'y avait pas cette fille qu'elle ne peut qu'envier tant elle est resplendissante, tant elle attire le regard et ce qui aurait pu être un simple son dancefloor s'avère bien plus profond qu'il ne le paraît. La musique électronique a cette force, plus que d'autres genres, de pouvoir exprimer plusieurs choses à la fois. Dès le lancement de la track, face au beat dansant répétitif, on perçoit en fond ce son continu, bien plus lourd qui vient contraster jusqu'à ce que Katy B se mette à chanter et que seul le beat dansant ne se fasse entendre. Sous ses airs joyeux, la musique est contrebalancée par les paroles "Aaliyah, please don't take my man although you know that you can".

Je n'aime pas prêter des idées aux artistes qu'ils n'ont probablement jamais eues mais face à la construction de cette musique je ne peux m'empêcher de trouver que Katy B a eu du flair. Je pourrais ne plus n'avoir rien à dire seulement, voilà, une fois le 1er refrain passé, là encore, je suis surpris. En effet, dès lors, le beat prend le dessus, plus aucune voix, la soirée suit son cours, on s'amuse et on arrive de l'autre côté de la boîte pour réaliser qu'Aaliyah ne fait pas qu'une envieuse. C'est autour de Jessie Ware de se manifester. De part cette participation, le terme collaboration a vraiment atteint ses objectifs pour moi, Jessie Ware ne fait pas que poser sa voix afin de se faire connaître, elle participe réellement à ce qui fait la valeur ajoutée de la track. Comme Katy B, elle exprime la même envie, la même jalousie et j'aime à penser que c'était l'idée de départ, de montrer qu'Aaliyah ne peut qu'inspirer ce sentiment aux femmes, d'où ce featuring.
Le summum se trouve atteint lorsque se termine le 2eme refrain où clairement le son devient pesant et où, ensemble, les 2 chanteuses laissent s'échapper les phrases chacune leur tour pour finir par manifester leur impuissance par la répétition des phrases "Watch you sing along" et "Why can't he play a song for me".

Aaliyah, pour Katy B, tu es cette femme qui provoque l'envie, telle est la représentation qu'elle t'a accordée et je la trouve plutôt pertinente. Une chose est sûre dans tous les cas, si vous doutez du côté relativement triste de ce morceau, écoutez donc Got Paid dans le même EP, je serais étonné si vous gardiez la même opinion.